Les paroles de soignants

Corinne Granier-Deferre, cadre infirmier.
« C'est la prise en charge globale du patient. Mais nous sommes quand même toujours attachés à ce que nos patients soient impeccables. Nous essayons de leur donner une bonne image d'eux-mêmes, pas l'image de l'hôpital avec la casaque... Nos patients sont habillés en civil tous les jours. On aime les voir bien habillés, parce que parfois ils arrivent sans rien, avec une brosse à dents, quand ils en ont une. C'est vraiment dans l'idée "on les prend en charge intégralement de tout". Des fois c'est lourd. Mais je crois que tout le monde est partie prenante dans cette prise en charge. »

Monique le Men, infirmière.
« Nous travaillons beaucoup en binôme avec une aide-soignante, pour ce qui est du travail auprès du patient, les toilettes, les repas à donner quand il faut... Sinon, nous nous occupons des médicaments, des traitements injectables, des perfusions quand il y en a. Chez nous, c'est un travail aussi d'observance auprès des patients, c'est-à-dire leur faire connaître leur traitement, essayer de faire en sorte qu'ils puissent le gérer seuls. »

Jocelyne Defaut, aide-soignante.
« Nous faisons aussi beaucoup de relationnel parce que, comme les patients ont beaucoup de soucis de papiers, qu'ils sont dans le déni, qu'ils ne savent pas, etc., ils aiment parler, donc nous les écoutons. Tout le monde dispense une aide psychologique. Nous sommes là d'abord pour soigner ce qu'ils ont, nous ne nous occupons pas du reste, nous ne sommes pas là pour porter de jugement.»

Farid Chakri, kinésithérapeute.
« Nous avons une bonne équipe, et en plus c'est une prise en charge pluridisciplinaire. Je crois que sinon, on ne s'en sortirait pas. »

> Article suivant