Soins palliatifs

Un accompagnement attentionné jusqu’au dernier souffle ou pour des séjours de répit.
Soins palliatifs

Des soins experts, pluridisciplinaires et constants

Une unité de soins palliatifs a pour vocation d’accueillir les patients en fin de vie, dont le pronostic est engagé à court terme, et dont la fin de vie est rendue complexe par des obstacles qui peuvent être d’ordre clinique (par exemple, des symptômes non équilibrés au domicile), d’ordre social ou matériel (isolement social, lieu de vie inadapté à l’accompagnement approprié, par exemple un appartement trop petit, des enfants en bas âge, etc.) ou d’ordre psychologique. Cette situation complexe nécessite l’expertise et la présence d’une équipe pluridisciplinaire, y compris la nuit, pour adapter les traitements parfois plusieurs fois par jour ou intervenir à toute heure.

Une écoute attentionnée du patient et de son entourage

Les soignants du service de soins palliatifs de l’Hôpital Cognacq-Jay sont particulièrement attentifs à la qualité de l’accueil de la personne malade, à son respect, à son écoute et à celle de ses proches. Ceux-ci sont soutenus dans cette étape de vie.

Réduire l’inconfort physique et moral

Le service vise à préserver la meilleure qualité de vie possible des personnes atteintes d’une maladie grave, lorsque la situation ne justifie plus la poursuite du traitement curatif. 
L’équipe pluridisciplinaire met l’accent sur le soulagement des douleurs tant physiques que psychologiques pour accompagner la vie jusqu’au bout.

Il n’y a pas de transfusion dans l’USP et il n’y a pas de transfert en réanimation en cas d’aggravation.

  • L’unité de soins palliatifs (USP) est un service d’hospitalisation accueillant les patients pour des séjours de répit d’une à deux semaines ou les accompagnant à la fin de vie.
  • Au-delà des prises en charge médicales et paramédicales, différents soins de support sont pratiqués :
    • la prise en charge et le traitement de la douleur ;
    • la prise en charge des effets secondaires des traitements ;
    • la prise en charge kinésithérapique ;
    • un soutien psychologique ;
    • un suivi social ;
    • de l’art-thérapie ;
    • de la socio-esthétique ;
    • des soins de pédicurie ;
    • l’intervention de bénévoles de l’association JALMALV.
    • Lors des séjours de répit, l’équipe organise le retour au domicile ou le transfert vers un autre établissement de santé.
    • Lors de séjours d’accompagnement à la fin de vie, l’équipe prend en charge le patient et ses proches jusqu’aux obsèques.
    • Les patients qui sont transférés en unité de soins palliatifs ont en principe reçu l’information que les traitements spécifiques sont arrêtés et que les traitements poursuivis sont ceux qui permettent de conserver au maximum la meilleure qualité de vie possible étant donné la situation clinique. La réflexion de l’équipe dans cet accompagnement se fait en concertation avec le patient et son entourage, en respectant deux principes : ne pas s’acharner et ne pas abandonner.
« La spécificité du service : son humanité et le respect de l’autre dans toute sa différence. »
Dr Véronique Marché
Cheffe de service jusqu'en janvier 2022

Vos contacts

Secretariat
tel : 01 45 30 80 75

Cadre de santé
tel : 01 45 30 82 84

L'équipe pluridisciplinaire

Chef de service
Dr Terence Landrin

Autres médecins :
Dr Jean Derot
Dr Françoise Guilmin
Dr Estelle Pechard-Bugliery
Dr Miren Urtizberea

L’équipe comprend également des infirmières coordinatrices, des infirmiers, des aides-soignants, des psychologues, un masseur-kinésithérapeute, des agents de chambre mortuaire, des agents de services hospitaliers. Elle intègre aussi des intervenants extérieurs de soins de support (masseurs ayurvédiques, art-thérapeute, socio-esthéticienne, guitariste, pédicure-podologue, bénévoles laïques et catholiques).

Un accompagnement global

Soins de support

Les soins de support sont bénéfiques pour le patient. Par des approches très variées, ils tentent de remettre de l’humain, de la beauté, de l’harmonie chez la personne malade, là où la maladie a abîmé, disloqué, fatigué le corps et le psychique.

Selon la situation clinique et les souhaits du patient, un accompagnement plus ciblé peut être réalisé sur demande, en chambre.

Ainsi, l’assistante sociale intervient à la demande du patient, de sa famille ou de l’équipe pour des démarches administratives et sociales variées : accès aux droits (mutuelle, retraite, CAF, indemnités journalières), organisation de retours à domicile, aide aux démarches post-décès, etc.

La socio-esthéticienne intervient auprès des patients en chambre et peut apporter lors de cette parenthèse-beauté une ouverture au corps-ami.

L'art-thérapeute réalise un accompagnement personnalisé dont l’un des objectifs, en plus du plaisir de mettre en œuvre plusieurs techniques artistiques, est de retrouver un lien avec l'estime de soi, qui peut être mis à mal alors que la vie est si fragile.

Les kinésithérapeutes participent au bien-être physique par toutes leurs propositions (installation au lit, exercices et massages au lit pour éviter les rétractations et les attitudes inadaptées, maintien de l'autonomie pour les transferts ou pour quelques pas), tout ceci en adéquation quotidienne avec l'état du patient.

Les psychologues interviennent auprès des patients et des familles à leur demande, apportant un soutien en cette période de vie très particulière, empreinte d’interrogations, de relectures de vie, voire de deuils successifs.

Les bénévoles laïcs de l'association JALMALV interviennent deux fois par semaine dans l'unité.

Prise en charge globale du patient et de sa famille

De l’accueil dans une chambre spacieuse, lumineuse et donnant sur le jardin jusqu’au départ du corps du défunt depuis la chambre mortuaire, le patient et sa famille sont accompagnés au point de vue social et psychologique (en cours d’hospitalisation et lors du suivi de deuil individuel ou en groupe non systématique).

Prise en charge de la douleur

Les équipes médicales et soignantes sont particulièrement attentives à toutes les manifestations de la douleur, que le patient soit en capacité de l'exprimer ou pas. Les traitements sont réévalués plusieurs fois par jour et réadaptés si nécessaire, et les effets secondaires surveillés et traités. La prise en charge n'est pas uniquement médicamenteuse. Elle peut aussi passer, par exemple, par le biais d'un meilleur positionnement au lit ou en fauteuil, grâce à l'expertise d'un kinésithérapeute.

La vie du service