La maladie

Le lymphœdème primaire est dû à une anomalie constitutionnelle du système lymphatique responsable d’une augmentation de volume d’une partie du corps, essentiellement les membres inférieurs. Les membres supérieurs, les organes génitaux ou la face sont plus rarement atteints.

L’accumulation de lymphe dans les tissus sous-cutanés entraine une augmentation du tissu adipeux et un épaississement de la peau, rendant irréversible une partie du volume. Les lymphœdèmes sont le plus souvent isolés mais peuvent aussi être syndromiques, c’est-à-dire associés à d’autres anomalies cliniques. Dans de rares cas, ils peuvent aussi être familiaux et se transmettre d’une génération à l’autre.

Les lymphœdèmes sont des maladies chroniques, qu’il est nécessaire de traiter de façon prolongée pour éviter l’aggravation de volume. Leur principale complication est l’érysipèle, qui est une infection à streptocoques.

Pour réduire le lymphœdème pendant la phase dite intensive qui durent de 2 à 3 semaines, les kinésithérapeutes mettent en place des bandages avec des bandes à allongement court. Les patients sont intégrés dans un programme d’Education thérapeutique pour acquérir du savoir sur le lymphœdème et apprendre les auto-bandages qu’ils pourront ensuite faire régulièrement. Le port d’une compression élastique, indispensable, est l’élément clé de la phase dite d’entretien pour stabiliser le volume sur le long terme.

Il important aussi de contrôler le poids, de faire des activités physiques sans restriction médicale et de faire des soins de peau. Une prise en charge psychologique peut aussi être nécessaire en raison du retentissement social, relationnel et surtout visible du lymphœdème.

 

Pour plus de détails :

https://www.orpha.net/data/patho/Pub/fr/LymphoedemePrimaire-FRfrPub11097.pdf